8 décembre 2020 Immaculée Conception

La communauté des Missionnaires Oblats vous invitent à fêter l’Immaculée Conception le lundi 7 décembre 2020. Une eucharistie sera célébrée à 18h à la chapelle des Oblats.

Le 8 décembre, il y a la célébration à 18h30 à la Cathédrale.

Immaculée Conception

A l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception, nous pourrions nous demander quelle place donner à Marie en ce temps de l’Avent. La fête veut célébrer le caractère immaculé de Marie, le dogme disant qu’elle a été préservée du péché originel. Il est peut-être inutile de ratiociner sur ce que peut être ce « péché originel » et son rapport à Marie.

L’important n’est pas la tache du péché, ni le fait qu’en naissant on ne soit pas déjà l’être ressuscité que nos sommes appelés à devenir. Nous sommes un être en marche qui avance cahin- caha peut-être, mais qui doit avancer. Saint Paul le dit aux Corinthiens, qui étaient parfois plus caha que cahin ! « vous avez été lavés, vous avez été sanctifiés, vous avez été justifiés par le Nom du Seigneur Jésus-Christ et par l’Esprit de notre Dieu » (1Cor 6,11). C’est Dieu qui nous sanctifie, par l’Esprit et son Fils, c’est lui qui nous rend immaculés. Marie a été sanctifiée par le Nom de son Fils, son caractère immaculé réside dans son « fiat » qui dirige toute sa vie, et dans sa fidélité à cette réponse à l’appel de Dieu qui l’a justifiée.

En ce temps de l’Avent, nous pourrions cheminer avec Marie pour préparer la venue du Christ, cheminer avec elle pour déboucher sur le « fiat » que nous sommes appelés nous aussi à prononcer. Ce cheminement  peut suivre le sien qui commence avec ce chant de joie de la Visitation, célébrant le Salut reçu de Dieu, le Magnificat. On retrouve Marie au temple pour présenter son fils et douze ans plus tard quand il est introduit parmi les Docteurs (Lc 2). Puis dans cette place  qu’elle a tenu auprès de son Fils au cours de sa mission : dans les débuts elle dirige les autres vers Jésus, à Cana (Jn 2), puis « à la maison » comme le dit Marc (Mc 3) quand elle se veut proche de lui alors qu’il enseignait la foule. Elle est encore là lors de l’acte final qui reprend toute cette vie de Jésus, au pied de la Croix. Enfin on la retrouve au Cénacle pour l’effusion de l’Esprit de la Pentecôte et elle restera auprès de Jean, accompagnant l’Église naissante. Ce chemin a été difficile, voire douloureux, Jésus ne l’a pas épargnée, depuis sa réponse quand elle l’a retrouvé au milieu des Docteurs jusqu’à la fin sur la Croix. Mais, justifiée et sanctifiée par l’Esprit donné par son Fils, elle a avancé dans la fidélité à son « fiat » initial.

Si nous la prions, ce n’est pas pour la déifier, elle ne peut être un objet de culte, car c’est vers son Fils qu’elle nous dirige. Si nous la prions, donc, c’est pour lui demander de nous accompagner dans notre cheminement, celui de toute notre vie, et spécialement celui que nous reprenons en ce temps de préparation à la venue de Dieu parmi nous. Qu’elle nous aide à «nous purifier du vieux levain pour être une pâte nouvelle » (1Cor 5,7). La sainteté de Marie est dans son « fiat » qui reste la clé de voûte de toute sa vie, « fiat » que nous sommes appelés à prononcer nous aussi.

Nous la reconnaissons pleine de la grâce de Dieu, dans la compagnie du Seigneur, bénie entre toutes les femmes parce que son fils est le Béni. Alors nous lui demandons de nous accompagner et de nous mener à son Fils, maintenant et jusqu’à la fin.
                                                                                                                     Marc Durand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *