Trente personnes pour les messes

Je suis de ceux qui pensent qu’en l’absence de messes, il y a bien d’autres possibilités de prier, d’écouter ou lire la Parole, etc. J’ai trouvé les réclamations de certains évêques déplacées, regrettables. Mais maintenant le gouvernement, c’est-à-dire le Président qui décide de tout, autorise 30 personnes pour les Eucharisties. Totalement aberrant :

– On mélange une petite chapelle de 200 mètres carrés et une cathédrale de 5000 mètres carrés.

– On veut ignorer qu’une Eucharistie avec 30 personnes n’est pas viable dans une grande Eglise, ce n’est même plus le jeu des chaises musicales !

– On autorise les commerces « non essentiels » avec une personne pour 8 mètres carrés, mais l’expression de la foi doit représenter un danger de contamination autrement grave avec en moyenne une personne pour 50 mètres carrés.

Qu’est-ce à dire ?  le culte est de fait interdit, mais au lieu d’avoir le courage de le dire, on exprime un mépris abyssal pour les croyants. Cela ne m’étonne pas de la part de ces autorités et aussi comme réponse aux réclamations précédentes de l’épiscopat qui ont effectivement indisposé, et à raison, les dirigeants. Notre épiscopat a été ridicule dans ses demandes précédentes, on lui rend la monnaie de sa pièce. Plus inquiétante à mon avis l’absence de réaction de la presse (télévisée ou radiophonique, je lis peu le reste) : les journalistes n’avaient pas à défendre les croyants, mais il est singulier qu’ils aient fait cette annonce sans aucune remarque sur son inanité. Y a-t-il une lutte contre les croyants, comme au bon vieux temps, je ne le pense pas, simplement une ignorance totale, ils ont disparu de l’horizon, cela devrait nous poser question.

                                                                                                                    Marc Durand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *